A six heures je tue ma femme

Prix: 15 €
Référence : 06984
A six heures je tue ma femme
A six heures je tue ma femme

Auteur : Gille Jules

Editions : Fasbender

15/11/1942

Edition originale

Informations complémentaires

Genre

Type de couverture

Broché

Nombre de pages

187

Dimensions

12.5 x 18.5 x 1 cm

Poids

120 gr

Etat

08/10

Remarques sur l'ouvrage

Petit coup sur le dos sans manque, légèrement jauni, exemplaire enrichi d'un envoi autographique de l'auteur

Resumé - Extrait

DIMANCHE

A deux heures, je descends au garage; avec un silex, je crève le pneu arrière; ensuite, je mets la roue de secours, posément, sans me presser, mais le rideau de fer descendu, pour que personne ne puisse me voir. Comme je suis assez maladroit, je compte une heure pour l'opération. Je reviens ensuite à mon bureau où je feins de m'appliquer; je ferai du classement. C'est une opération qui n'exige aucune attention. Il serait dangereux que j'écrive, je n'aurais pas assez de présence d'esprit pour m'appliquer. Comme toujours, je laisserai ma porte ouverte et, à quatre heures et demie, quand Lambertine sortira et me dira au revoir, j'ajouterai comme d'habitude:

— Et surtout, en mon absence, veillez bien sur ma femme.

Elle aura ce sourire agaçant et indéfinissable qui semble signifier: « Rassurez-vous, monsieur Lambermont, votre femme se passera aisément de vous; elle n'est jamais si contente qu'en votre absence. » Comme si je ne le savais pas ! comme si ce n'était pas cette pensée qui me ronge et me mine et me porte enfin à agir ! Vers quatre heures quarante-cinq , le soir sera tombé ; il vient vite en cette fin de novembre. J'irai sortir ma voiture et la placerai dans la rue des Morts pour être prêt au départ. Personne ne peut y trouver à redire; il y a deux ans que j'opère de la sorte, chaque lundi. Je rentrerai à la maison, je me préparerai et irai enfin trouver ma femme pour lui dire au revoir. Ce ne sera pas une conversation banale où je paraîtrai, une fois de plus, un être effacé et soumis; je lui dirai mon dégoût de cette vie, je lui demanderai si elle ne veut pas enfin changer, devenir ma compagne, sortir avec moi, me regarder avec tendresse, m'aimer, quoi ! m'ai mer...



Vous appréciez ce livre ?